Guide des sortiesévénement

Mon premier festival

mercredi 24 > mardi 30 octobre 2018
Mon premier festival  © Diaphana Distribution

Mon premier festival

A partir de 2 ans

Du 24 au 30 octobre

Tarif : 4€ 

Dans 12 salles de cinéma à Paris, ainsi qu’au Forum des images et à la Gaîté-Lyrique

quefaire.paris.fr/
monpremierfestival


Sonnez trompettes, guitares et bignous, la 14e édition de Mon premier festival s’annonce en musique ! Avec des films aux BO inoubliables, celles de «La La Land » par exemple, ou, dans un tout autre genre, des « Aristochats » ou de « Grease »...  Au cinéma, la musique et les images sont indissociables. Nombreux aussi sont les films qui parlent de musique.

Mon premier festival nous promet une belle palette de ciné-concerts, des rencontres avec des pros, mais aussi un focus sur le cinéma indien, 12 avant-premières enthousiasmantes, des films cultes et des coups de cœur. Qu’est-ce qu’on ferait pendant les vacances s’il n’y avait pas Mon premier festival !

Goshu le violoncelliste, Franz et le chef d’orchestre, Charlot musicien… Quand la musique n’est pas déjà dans le titre, elle est dans le scénario ou à la base même du projet comme dans les magnifiques films musicaux de Jacques Demy (Peau d’âne) auxquels Damien Chazelle rend un hommage appuyé avec son désormais culte La La Land. 

Comme toujours Mon premier festival, qui mène un vrai travail d’éducation à l’image, met aussi en avant des films moins connus, tel le formidable documentaire Benda Bilili ! qui retrace l’épopée d’un orchestre composé en grande partie de musiciens paraplégiques de Kinshasa. A voir absolument. Et on ne saurait conclure sans évoquer U et son envoûtante BO signée Sanseverino. Ça va chanter dans les rangées !

Une rencontre avec le compositeur Bruno Coulais
Brendan et le secret de Kells, c’est lui. Et L’Enfant qui voulait être un ours, Himalaya, l’enfance d’un chef, ainsi que Le Peuple de l’herbe… En fait, Bruno Coulais on le connaît tous sans le connaître. Son inventivité et la variété de sa palette sonore lui ont valu de nombreux prix . A ne pas manquer.

En route pour l’Inde
Le cinéma indien, ce n’est pas que Bollywood. La preuve en sept films, dont le magnifique Dieu éléphant de Satyajit Ray autour d’une statuette de Ganesh, mais aussi l’inoubliable Salaam Bombay sur les enfants des bas-fonds de la grande ville (caméra d’or à Cannes en 1988) et, beaucoup plus récent, La Forteresse d’Avinash Arun, sur une bande de garçons entre enfance et adolescence. De l’animation avec Sita chante le blues, un peu Bollywood pour le coup. Les grands sont même conviés à découvrir Le Fleuve, chef-d’œuvre de Jean Renoir sur le Gange.

Des ciné-concerts pour les tout-petits
Si vous avez raté le festival Tout-Petits Cinéma au Forum des images en février, voilà une belle occasion de voir des créations pour les bébés : Maman poule et ses poussins, un joli programme de 6 courts-métrages autour de la vie de basse-cour, interprété par la chanteuse Yucca, et Sur la banquise, là encore des petits films d’animation mis en musique par le Royal Boudoir Orchestra. Et A deux c’est mieux, l’occasion d’entendre les élèves de la classe « Musique à l’image » de Bruno Coulais et Marie-Jeanne Séréro, du Conservatoire de Paris.

Quinze avant-premières 
Des films pour tous les âges, de l’animation, des documentaires et quelques perles en perspective : notamment Miraï, le dernier film de Maromoru Hosoda (sortie le 26 décembre)… Ou Aïlo : une odyssée en Laponie, documentaire qui raconte le combat pour sa survie d’un petit renne qui fait partie d’un des derniers troupeaux de Laponie.

Maïa Bouteillet

Partenaire de Mon premier festival, Paris Mômes organise le prix du public, qui récompense l’un des films présentés en avant-première. A l’issue de chaque séance, les spectateurs sont invités à déposer leur bulletin de vote dans l’urne !

Découvrez la bande-annonce du festival !

75
Paris

Ça se passe ici aussi

Share to Facebook Share to Twitter More...

Le calendrier des sorties