Guide des sortiesexpo

Frida et moi, l'exposition-atelier

samedi 19 octobre 2013 > lundi 17 mars 2014Archive
Frida et moi, l'exposition-atelier Photo © Coll. Centre Pompidou / DIST. RMN-GP © Banco de Mexico Diego Rivera Frida Khalo Museums Trus

Frida et moi, l’exposition-atelier. A partir de 6 ans. Du 19 octobre au 17 mars 2014. En partenariat avec l’Instituto Guerrerense de la Cultura du Mexique. Tlj de 11 h à 19 h sf mar. Tarif : accès avec un billet musée & expositions (13 €), gratuit pour les moins de 26 ans. Centre Pompidou, galerie des enfants, niveau 1.

De Frida Kahlo à Aurélie Mathigot : Correspondances. Atelier pour les 6-12 ans. Du 19 octobre au 2 novembre. Tlj (sf mar) de 14 h 30 à 16 h 30. Tarif : 10 €.

Broder pour raconter ! Atelier pour les 3-5 ans et leurs parents. Du 19 octobre au 2 novembre. Tlj (sf mar) de 15 h à 16 h 30. Tarif : 10 € pour un enfant et un adulte.

Un week-end spécial Mexique (en collaboration avec l’Etat de Guerrero). Tout public. Les ven 1er, sam 2 et dim 3 novembre. Gratuit. Rens. www.centrepompidou.fr.

Il y a quelques années, Deidré Guevara, qui à l’époque travaillait au service communication du palais des Beaux-Arts de Mexico, animait des visites guidées pour les enfants dans certains hauts lieux culturels de la capitale mexicaine. Et notamment à la Maison bleue, où Frida Kahlo a vécu presque toute sa vie, et qui est devenue depuis le musée Frida-Kahlo. « J’étais fascinée par la manière dont les enfants regardaient cette artiste. Je leur demandais de faire une liste des dix choses à ne pas rater au musée, et l’une des premières qu’ils citaient, pour définir Frida, c’était tout ce qui concernait la maladie – peut-être parce que, pour eux, la maladie est plus proche et moins angoissante que pour les adultes. Il y avait aussi la nature, les autoportraits… » Peu à peu, Deidré a l’idée d’une exposition pour les enfants autour de Frida Kahlo qui se tiendrait en France — et plus précisément au Centre Pompidou, « parce que c’est une institution pionnière en matière de propositions pour le jeune public, précise-t-elle, et aussi parce que c’est le seul musée à posséder un tableau de Frida dans ses collections permanentes ». Mais le pari, a priori, est difficile à tenir : comment imaginer rendre accessible à un public très jeune un univers aussi complexe et tortueux que celui de Frida Kahlo ? « J’ai toujours été convaincue, explique Deidré Guevara, que l’on pouvait parler aux enfants de chaque artiste, à condition de trouver la bonne manière de le faire. »

Après des mois de discussions et de conception (une conception menée à trois, avec, outre Deidré Guevara, les commissaires Odile Fayet et Isabelle Frantz-Marty, du Centre Pompidou), l’exposition-atelier Frida et moi est enfin prête. Elle se présente sous forme de modules colorés, qui offrent tous une porte d’accès à Frida Kahlo et à ses sources d’inspiration : le foisonnant jardin de la Maison bleue (dont on peut écouter la reconstitution sonore sous une voûte de fleurs de bougainvillées stylisées) ; la belle collection d’art précolombien de l’étonnant musée Anahuacalli (une construction monumentale, tout en pierre de volcan gris anthracite, que le peintre Diego Rivera, mari de Frida et l’un des plus célèbres peintres muralistes du Mexique, a fait construire durant les dernières années de sa vie), et qui possède aussi sa version miniature dans l’exposition ; les croyances des anciens Mexicains (notamment le nahualisme, qui attribue à chaque être humain un double animalier). Tout cela trouve son écho, d’une manière ou d’une autre, dans l’exposition et fournit aux enfants l’occasion d’une expérimentation. Car Frida, chaque fois, sert de médiatrice et de miroir pour leur permettre de s’interroger sur leur apparence, leur identité, leur propre créativité. Un dispositif intitulé « La mise en scène » les incite par exemple à réfléchir à la façon dont Frida peint sa propre image : dans une sorte de mini-studio photo, les jeunes visiteurs peuvent choisir leur fond, leur accessoire, leur costume — à la manière de Frida Kahlo, dont chaque autoreprésentation est riche de détails et de sens. Non loin, une borne numérique leur offre de découvrir l’animal qui symbolise le mieux leur caractère (on est libre de ne pas être d’accord !).

Après des mois de discussions et de conception (une conception menée à trois, avec, outre Deidré Guevara, les commissaires Odile Fayet et Isabelle Frantz-Marty, du Centre Pompidou), l’exposition-atelier Frida et moi est enfin prête. Elle se présente sous forme de modules colorés, qui offrent tous une porte d’accès à Frida Kahlo et à ses sources d’inspiration : le foisonnant jardin de la Maison bleue (dont on peut écouter la reconstitution sonore sous une voûte de fleurs de bougainvillées stylisées) ; la belle collection d’art précolombien de l’étonnant musée Anahuacalli (une construction monumentale, tout en pierre de volcan gris anthracite, que le peintre Diego Rivera, mari de Frida et l’un des plus célèbres peintres muralistes du Mexique, a fait construire durant les dernières années de sa vie), et qui possède aussi sa version miniature dans l’exposition ; les croyances des anciens Mexicains (notamment le nahualisme, qui attribue à chaque être humain un double animalier). Tout cela trouve son écho, d’une manière ou d’une autre, dans l’exposition et fournit aux enfants l’occasion d’une expérimentation. Car Frida, chaque fois, sert de médiatrice et de miroir pour leur permettre de s’interroger sur leur apparence, leur identité, leur propre créativité. Un dispositif intitulé « La mise en scène » les incite par exemple à réfléchir à la façon dont Frida peint sa propre image : dans une sorte de mini-studio photo, les jeunes visiteurs peuvent choisir leur fond, leur accessoire, leur costume — à la manière de Frida Kahlo, dont chaque autoreprésentation est riche de détails et de sens. Non loin, une borne numérique leur offre de découvrir l’animal qui symbolise le mieux leur caractère (on est libre de ne pas être d’accord !).

ET AUSSI :

Ateliers : Deux ateliers pendant les vacances de la Toussaint, animés par l’artiste Aurélie Mathigot, à partir d’objets fabriqués au Mexique spécialement pour l’occasion :

Week-end spécial Mexique : Un programme enthousiasmant autour de la célèbre Fête des morts mexicaine, avec ateliers, concerts, spectacles, ateliers culinaires animés par des chefs, rencontre avec des artistes contemporains mexicains, etc.




Place Georges Pompidou
75004
Paris
Métro Rambuteau. Réservation conseillée au 01 44 78 49 13.
01 44 78 49 13

Ça se passe ici aussi

Share to Facebook Share to Twitter More...

Le calendrier des sorties

A l'affiche

(publicité/partenariat)
Des spectacles, des festivals, des salons, des expositions, des films...