4,7% de liberté

Le 28 avril 2024

À partir de 8 ans

Spectacle

Un rejeton light de La Cordonnerie, sans le duo fondateur au plateau et sans écran.

Un couple qui ne peut avoir d’enfant, une jeune fille qui a besoin d’air, des loups et beaucoup de chiffres… jusque dans le titre de ce nouveau spectacle de La Cordonnerie. Comme souvent, la compagnie de Samuel Hercule et de Métilde Weyergans y sème différentes inspirations comme autant de petits cailloux, dont La chèvre de Monsieur Seguin, débarrassée de sa morale rébarbative et rétrograde, pour questionner l’éducation, la liberté et les limites de l’étude statistique face aux embardées de l’adolescence.

Ce nouveau spectacle occupe une place particulière dans leur répertoire : écrit pour de jeunes élèves acteurs (et également élèves techniciens), auxquels il laisse une belle place, il sort de la formule des ciné-spectacles où le duo excelle. Pas de film en dialogue avec la scène, leurs comparses musiciens (Thimothée Joly en tête) ne sont pas non plus au plateau et une partition de bruitages light où l’on retrouve néanmoins quelques-uns de leurs trucs, comme cette façon de verser des coquillettes dans un parapluie à l’envers pour évoquer le bruit de la mer. Un artisanat qui, au fil des spectacles, est devenue comme une signature sonore et visuelle

Bref, une petite forme, après Ne pas finir comme Roméo et Juliette et avant le prochain spectacle (autour de Phèdre) — un grand projet cette fois qui comprendra deux films ! —, moins finement travaillée car créée dans un temps beaucoup plus court, mais qui leur ressemble assez. Pas de film, pas d’écran, peu de décor, un dispositif scénique minimal, et pourtant, le cinéma est partout, dans une amusante scène de train en kit, dans le son, dans la lumière, dans la composition des tableaux et jusque dans l’écriture très scénaristique.

La fraîcheur des acteurs, la place du narrateur, l’humour, la présence de l’objet… Le spectacle présente bien des qualités.

Maïa Bouteillet

________

4,7% de liberté

A partir de 8 ans

Le 28 avril à 19h30

De 6 à 13€

© Samuel Hercule