(La Bande à) LAURA

Du 10 novembre au 13 février 2022 ,
Jusqu'au 14 novembre, les 20 et 21 novembre, du 1er au 5 décembre, du 15 au 18 décembre 2021 et le 13 février 2022

À partir de 10 ans

Spectacle

La chorégraphe Gaëlle Bourges regarde dans l’envers des peintures de Manet.

Une simple toile blanche sert de motif. Après Revoir Lascaux et Le Bain, Gaëlle Bourges ouvre à nouveau le grand livre de l’art pour y raconter d’autres histoires et ouvrir le regard des petits et des grands à ce que le récit officiel ne dit pas toujours, de la représentation du corps féminin dans la peinture par exemple, et de ses modèles.

C’est l’envers de la toile en quelque sorte qui intéresse Gaëlle Bourges. C’est elle qui raconte en voix off, avec des mots simples, tandis que quatre performeuses s’affairent en un ballet de gestes lents et coordonnés à recréer les tableaux en manipulant les éléments qui les composent. Mais ce faisant, avec leur corps de jeunes femmes d’aujourd’hui, elles jouent aussi d’autres situations qui décalent le tableau et nous questionnent.

Cette fois c’est Manet et son Olympia dont il s’agit, ou plutôt de ses modèles : Victorine Meurent dans la pause de la femme nue allongée, que tout le monde prenait pour une courtisane, comme le sujet qu’elle représente, alors qu’elle était peintre. Sur le tableau, il y a aussi Laure, la jeune femme noire qui lui tend le bouquet et dont l’histoire a retenu encore moins de détails, à peine un prénom… Etait-elle peintre elle aussi ? Peut-être une esclave affranchie, on ne sait pas.

Et comme un tableau en cache souvent un autre, les interprètes déroulent subtilement le fil et se jouent des plans et des arrière-plans de la scène et de l’histoire du XIXe siècle tandis que la chorégraphe révise la période et nous gratifie de ses commentaires drôles et impertinents. Et comme toujours chez Gaëlle Bourges, les gestes et la parole se répondent avec subtilité. Belle leçon de regard critique !

Maïa Bouteillet

 

(La bande à) LAURA.

A partir de 10 ans.

Dans le cadre du Festival d’Automne :

jusqu’au 14 novembre au T2G, Gennevilliers ;

les 20 et 21 novembre au Palais de la Porte Dorée ;

Du 1er au 5 décembre au Théâtre de la Ville, les Abbesses ;

et du 15 au 18 décembre au Théâtre Dunois.

© Danielle Voirin