Marcher sur l’eau

À partir du 10 novembre 2021

À partir de 9 ans

Cinéma

La comédienne Aïssa Maïga passe derrière la caméra pour un docu essentiel sur l’injustice face à l’accès à l’eau.

Prix du public de la 17édition de Mon premier festival, Marcher sur l’eau s’inscrivait à merveille dans l’engagement climatique de la manifestation.

Durant un an, la comédienne désormais réalisatrice Aïssa Maïga s’est rendue à plusieurs reprises à Tatiste, un village nigérien isolé de tout, en proie au stress hydrique. Ah ! Qu’est-ce que le stress hydrique ? C’est ce que subissent actuellement 2,2 milliards de personnes sur Terre qui n’ont pas d’accès à l’eau potable. Or, le continent africain recèle 660 000 km3 d’eau en sous-sol… mais très, très profond le sous-sol, hein ! Ce qu’apprend cette petite villageoise de Tatiste qui se voit donc « marcher sur l’eau »… mais sans la voir, hormis au cours des deux ou trois mois de pluie dans l’année. Le reste du temps, il faut aller au puits qui se trouve au diable vauvert. Et encore ! Quand il n’est pas asséché.

Conçu avec l’aide de l’ONG Amman Imman (qui se traduit par « L’eau, c’est la vie »), le film raconte le quotidien de ces Peuls, notamment à travers celui d’une adolescente de 14 ans et de ses petits frères, avec un fil conducteur : la demande d’un forage digne de ce nom. Aux enseignements humains et écologiques qu’apporte le récit s’ajoutent des images sublimes. Et carrément émouvantes. 

Ce film est Prix du Public Paris Mômes de la 21e édition de Mon premier festival 

__________

Marcher sur l’eau

A partir de 9 ans

D’Aïssa Maïga

Sortie le 10 novembre