Pinocchio

À partir de 7 ans

Cinéma

On connaît l’histoire de Pinocchio mais on ne s’en lasse pas, tant que l’adaptation bénéficie d’un regard original. Comme c’est le cas ici.

Tandis que Disney s’évertue à transformer ses dessins animés en version live (hier La Belle et la Bête, le 25 mars Mulan) et travaille actuellement sur celle de Pinocchio avec Tom Hanks en Gepetto, le pays natif du fameux pantin reprend ses droits sur la création de Carlo Collodi grâce à Matteo Garrone. Oui, le réalisateur des très sombres Gomorra et Dogman. C’est étonnant. Mais cela a du sens. D’abord, parce qu’il a prouvé, avec (le très moyen) Tale of Tales, que les contes le fascinaient. Ensuite, parce que Pinocchio aborde les thèmes qui lui sont chers : la famille, la misère, l’injustice… La réalité, quoi ! De fait, l’habillage et le ton du film sont aux antipodes du flashy et de la guimauve. La lumière bleu nuit englobe le format Scope et les dialogues évitent soigneusement toute mièvrerie.

Et la marionnette dans tout cela ? Plus vraie que nature, grâce à un effet spécial qui passe un gamin au bain numérique dont il sort bel et bien en bois. Autour de lui, Roberto Benigni fait un retour en force et en humilité (mais si !) en Geppetto (dix-sept ans après s’être planté en incarnant lui-même… Pinocchio !). En résumé, on n’avait pas vu meilleure adaptation depuis Les Aventures de Pinocchio, de Luigi Comencini (1972). Comme si seuls les maîtres transalpins avaient compris l’essence de ce chef-d’œuvre de la littérature latine – ce qui, là encore, a du sens.

Christophe Carrière

 

_________________

Pinocchio

A partir de 7 ans

De Matteo Garrone.

Sortie le 18 mars.