Petits frères des Grands Voisins, les Cinq Toits c’est, au cœur du XVIe arrondissement, un nouveau lieu solidaire innovant qui mêle hébergement d’urgence et jeunes entreprises, artisans et artistes. En ouverture sur le quartier.

C’est une ancienne caserne de gendarmerie, mais on dirait presque une école « Jules Ferry » avec ses fanions colorés, sa haute tour d’horloge et sa cour qui donne aussitôt envie d’y jouer à la marelle. Et surtout ses enfants, que l’on croise à tous les coins de bâtiment. En ligne de mire de la grande porte, la Table du Recho offre une excellente entrée en matière pour qui veut découvrir ce nouveau projet mené par l’association Aurore et Plateau urbain, les mêmes qu’aux Grands Voisins, projet pilote amorcé dans le XIVe arrondissement en 2012. Restaurant solidaire qui emploie des personnes en insertion en cuisine comme en salle, majoritairement des résidents de la caserne, la Table du Recho propose pour déjeuner, du mercredi au samedi, des menus végétariens originaux composés de produits de saison, bio et locaux, en association avec la ferme voisine, Champerché.

Au fond à droite du site, un jardin partagé en plein développement et, à l’opposé, le pôle vélo où sont récupérés et remis en état des cycles qui servent aux déplacements des personnes hébergées mais sont également destinés à tous pour « l’apprentissage de la pratique du vélo à Paris : une activité en cours de développement, précise Adrien Roques, de Plateau urbain. L’idée, c’est de créer une communauté autour du vélo, d’organiser des cours, des balades, des ateliers de réparation, etc. ». La FUB, la Fédération française des usagers de la bicyclette, y a son siège.

Suivant la convention d'occupation précaire signée avec la Mairie de Paris, l'aventure des Cinq Toits se poursuivra dans le XVIe arrondissement jusqu'en décembre 2020.

Adrien Roques

Communauté, c’est un peu le maître-mot du projet qui, comme aux Grands Voisins, prône la mixité des publics, l’échange et le partage entre les usagers du lieu (personnes hébergées, artisans, artistes, entrepreneurs) et les riverains par le biais du restaurant, des activités de jardinage, de la recyclerie, d’ateliers variés (cuisine, céramique, brunch musical, bricolage…), mais aussi lors d’événements festifs, comme Food & Plantes, organisé mi-janvier.

A chaque ouverture, l’équipe se poste à l’entrée pour accueillir les visiteurs, présenter le projet de ce lieu, plutôt atypique pour le quartier mais qui ne suscite pas d’hostilité. Les Cinq Toits hébergent plus de 350 personnes, dont des familles, avec une cinquantaine d’enfants, tous scolarisés alentour. Parmi eux, des demandeurs d’asile, des réfugiés, des personnes en grande fragilité sociale aux parcours variés. Parmi les autres usagers du lieu, une quarantaine d’artistes, d’artisans et de start-up dont Ma petite couche, une jeune entreprise qui propose la location, la vente et le nettoyage de couches textiles écologiques.

Suivant la convention d’occupation précaire signée avec la Mairie de Paris, l’aventure des Cinq Toits se poursuivra au moins jusqu’en décembre 2020, en attendant la reconversion de l’ancienne caserne en logements sociaux et crèche.

M. B.

________________

Les Cinq Toits.

51, bd Exelmans, Paris XVIe. M° Exelmans, RER C.