Gratuit et accessible à tous, ce lieu de soutien à la parentalité vient d’ouvrir une antenne dans le Xe arrondissement et devrait bientôt s’installer dans un grand musée parisien.

La nouvelle adresse parisienne des Pâtes au beurre se trouve rue de Paradis, voilà qui paraît de bonne augure ! Lieu de soutien à la parentalité fondé il y a 20 ans, à Nantes, par la psychanalyste Sophie Marinopoulos, et depuis converti en un véritable label qui fédère une dizaine d’antennes en France, les Pâtes au beurre vient d’ouvrir une antenne à Paris et c’est une bonne nouvelle. Mais de grèves en confinements, l’information est restée relativement confidentielle … c’est le moment de s’y rendre !

Inspirée à la fois des Maisons vertes de Françoise Dolto et de l’expérience de Selma Fraiberg ­psychanalyste américaine qui, œuvrant auprès de familles défavorisées, se retrouvait souvent dans l’espace de la cuisine — les Pâtes au beurre sont des lieux d’accueil gratuits, anonymes, collectifs et accessibles à tous, quel que soit l’âge des enfants — d’avant la naissance jusqu’à après la majorité — où les parents peuvent venir avec ou sans enfants.

Le nom des Pâtes au beurre raconte à la fois l’enfance, une convivialité partagée sans façon et l’importance de l’espace de la popote familiale comme lieu d’échange de la parole. « La mixité, l’hospitalité sont au cœur du projet » explique Virginie Petit. C’est ainsi que le lieu de premier accueil des Pâtes au beurre n’est pas un cabinet de psy mais un espace cuisine.

Là, les parents s’attablent ensemble en compagnie de deux psychologues pendant que les enfants vaquent où bon leur semble, notamment dans la salle d’à côté où ils trouvent livres et jouets. « On le laisse volontairement un peu disparaître pour voir ce qui se joue dans le lien parent-enfant ».

Ces accueils collectifs, qui constituent une première réponse aux délais de prise en charge dans des CMP (centres médico-pédagogiques) débordés et chez le psy, sont organisés tous les lundis. C’est un premier espace d’écoute et d’échange pour lequel il n’est pas nécessaire de réserver, on arrive et on part quand on veut, on peut y revenir autant de fois qu’on veut. Le cadre est lumineux, les tons doux, le mobilier sobre « nous soignons l’esthétique, insiste Virginie Petit. Ce n’est pas parce que c’est gratuit que ça ne doit pas être beau ».

Les familles sont également conviées à un atelier « prénatalité » chaque jeudi : danse pour les mamans, avec la chorégraphe Anne-Laure Rouxel ; conversation pour les papas avec le psychologue Franck Stives. Ainsi qu’à un atelier lecture avec l’association L.I.R.E, à partir du 10 décembre. Dès janvier, un second temps d’accueil sera organisé le mercredi.

Surtout, les Pâtes au beurre planche sur l’ouverture d’une seconde antenne parisienne dans un grand musée de la capitale en début d’année prochaine. Une manière de relier très directement équilibre psychique et éveil culturel, prôné par Sophie Marinopoulos, qui s’est largement faite connaître avec un rapport très remarqué sur « l’éveil culturel et artistique de l’enfant de la naissance à 3 ans dans le lien à son parent ». L’information est encore confidentielle, on en reparle.

Maïa Bouteillet

 

Les Pâtes au beurre, centre ressource de la famille. Accueil collectif et gratuit tous les lundis de 11h30 à 13h30 ; atelier prénatalité les jeudis de 12h15 à 13h30 ; atelier lecture les jeudis de 16h45 à 17h45. 19, rue de Paradis, Paris Xe. Tél. : 02 40 16 06 52.