Mon Premier Festival

Du 20 octobre au 29 octobre 2021

À partir de 2 ans

festival

Un Paris Mômes entier ne suffirait pas à détailler le programme de la 17e édition de Mon premier festival.

Du 20 au 29 octobre, 82 films et programmes courts sont présentés, ainsi que des ciné-concerts, des ateliers, des spectacles et des rencontres ! Il y en a pour tous les âges (dès 2 ans !) et pour tous les goûts. 

 

> Retrouvez notre entretien avec Ariane Ascaride,

marraine de cette 17e édition 

 

Pour les tout-petits

Mon Premier festival c’est pour les tout-petits une bonne occasion de découvrir le cinéma.

Cette année, Mon premier festival s’aventure « dans la nature » pour explorer notre relation aux mondes animal et végétal et présenter des films pleins de petites bestioles, à partir de 2 ans. Au premier rang desquels, la Petite taupe bien sûr ! Une héroïne écologiste avant l’heure dont on découvre ici les nouvelles aventures.

Mais aussi La Baleine et l’escargote, une belle histoire d’amitié entre un tout-petit et un très très grand, Le Petit monde de Léo, un magnifique programme de courts métrages adaptés des albums de Léo Lionni ou encore Les Contes de la ferme d’Hermina Tyrlova, cinq fables délicates animées avec des figurines en feutrine… et d’autres belles séances encore.

Au cœur de cette thématique particulièrement adaptée pour les plus petits, un programme inédit de 6 petits films rassemblés spécialement pour cette édition, et intitulé Dans la nature justement, où des petits personnages animaliers, mais aussi une étoile tombée du ciel, se confrontent à l’autre et à l’inconnu. C’est le bon moment pour réserver.

 

Film culte

 

 

Le titre du film est aussi célébrissime que son tube : Chantons sous la pluie.

Considéré par l’American Film Institute comme la meilleure comédie musicale de tous les temps, Chantons sous la pluie est la plus belle initiation à ce qu’est le cinéma. Outre les inoubliables et réjouissants numéros musicaux, il y a toute la problématique du passage du muet au parlant (car le film se déroule à la fin des années 1920), les luttes d’ego et tout un art qui devient (aussi) une industrie. Vaste sujet, débarrassé de thèses pompeuses au profit de situations souvent hilarantes. Le découvrir sur grand écran est une aubaine.

_________

Chantons sous la pluie

A partir de 9 ans

De Stanley Donen et Gene Kelly, avec Gene Kelly, Debbie Reynolds, Donald O’Connor… 

 

Dans la nature

 

La Prophétie des grenouilles

 

Le fil conducteur de Mon premier festival sera en vert et pour tous. Respirez, vous êtes au cinéma !

Il allait de soi qu’en plein réchauffement climatique, une sélection de films enrichisse le regard du jeune spectateur sur l’environnement et les diverses manières de l’appréhender, le respecter, le protéger.

Pas moins de 39 longs-métrages et programmes courts sont proposés dans la thématique «Dans la nature» (et encore ! On ne compte pas des avants-premières comme Marcher sur l’eau !), parmi lesquels le toujours aussi impressionnant L’Ours de Jean-Jacques Annaud, cette merveille qu’est La Prophétie des grenouilles de Jacques-Rémy Girerd, le magnifique Océans de Jacques Perrin et Jacques Cluzaud, ou encore une rareté : L’Homme qui plantait des arbres de Frédéric Back, adaptation d’un conte de Jean Giono dit par la voix chaude de Philippe Noiret et à l’animation si belle qu’elle obtint l’Oscar en 1987.

 

 

Non mais à l’eau quoi !

 

 

La comédienne Aïssa Maïga passe derrière la caméra pour un docu essentiel sur l’injustice face à l’accès à l’eau.

Présenté en avant-première (sortie en salles le 10 novembre), Marcher sur l’eau s’inscrit à merveille dans l’engagement climatique de Mon premier festival. Durant un an, la comédienne désormais réalisatrice Aïssa Maïga s’est rendue à plusieurs reprises à Tatiste, un village nigérien isolé de tout, en proie au stress hydrique. Ah ! Qu’est-ce que le stress hydrique ? C’est ce que subissent actuellement 2,2 milliards de personnes sur Terre qui n’ont pas d’accès à l’eau potable. Or, le continent africain recèle 660 000 km3 d’eau en sous-sol… mais très, très profond le sous-sol, hein ! Ce qu’apprend cette petite villageoise de Tatiste qui se voit donc « marcher sur l’eau »… mais sans la voir, hormis au cours des deux ou trois mois de pluie dans l’année. Le reste du temps, il faut aller au puits qui se trouve au diable vauvert. Et encore ! Quand il n’est pas asséché.

Conçu avec l’aide de l’ONG Amman Imman (qui se traduit par « L’eau, c’est la vie »), le film raconte le quotidien de ces Peuls, notamment à travers celui d’une adolescente de 14 ans et de ses petits frères, avec un fil conducteur : la demande d’un forage digne de ce nom. Aux enseignements humains et écologiques qu’apporte le récit s’ajoutent des images sublimes. Et carrément émouvantes. 

__________

Marcher sur l’eau

A partir de 9 ans

D’Aïssa Maïga

Le prix du Public Paris Mômes

Partenaire de Mon premier festival, Paris Mômes organise le Prix du public, qui récompense l’un des films présentés en avant-première. A l’issue de chaque séance, les spectateurs sont invités à déposer un bulletin de vote dans l’urne !  

______________

Mon premier festival

A partir de 2 ans

Du 20 au 29 octobre

Horaires variables.

Tarif unique : 4 €

Dans 12 salles de cinéma art & essai à Paris.