Entretien avec Anne Lefebvre

Tout public

entretien

Psychologue en centre médico-pédagogique pour enfants et adolescents, Anne Lefebvre est présidente de l’association Alerte, fondée en 2014, dans la foulée du défi sans écran à l’école élémentaire de la rue Manin. Alerte organise chaque année un colloque autour des écrans à la mairie du XIXe.

« LES COLLÉGIENS Y PASSENT EN MOYENNE HUIT HEURES PAR JOUR »

Anne Lefebvre

Quel est objectif de l’association ?

Anne Lefebvre : C’est de diffuser les connaissances sur les effets négatifs des écrans sur le développement de l’enfant. Toute la prévention qui avait été faite pour la télé est à renouveler pour les écrans, notamment tablettes et smartphones qui sont donnés de plus en plus tôt aux enfants. Une enquête récente auprès de collégiens montre que, tous écrans cumulés, ils y passent en moyenne huit heures par jour ! Voilà pourquoi on monte à nouveau au créneau. Initialement, on était surtout mobilisés sur des questions de comportement et de violence dans les cours de récré, donc davantage sur les contenus. Aujourd’hui, on se préoccupe aussi des problèmes de concentration et d’apprentissage. Pour la majorité, c’est surtout du temps volé sur d’autres activités et c’est exponentiel.

Mais on voit aussi arriver des vrais cas d’addiction: 14 % des ados sont véritablement accros aux jeux vidéo en réseau, et ce nombre est en augmentation. Il s’agit souvent de jeunes déscolarisés pour lesquels il faut parfois aller jusqu’à une hospitalisation au long cours et envisager des soins-études. Il y a surtout beaucoup de consommateurs excessifs sans être pour autant dans une addiction authentique.

Pour la majorité des jeunes, cela empiète aussi sur leurs relations avec les autres ?

A.L. : Avec les parents, cela entraîne une haute conflictualité : voyant qu’ils sont débordés, les parents tentent de poser des limites, mais s’ils ne l’ont pas fait dès le début, c’est évidemment trop tard.
L’autre phénomène sur lequel nous tenons à alerter, c’est l’exposition chronique, massive et précoce des petits.
Ce sont les orthophonistes de ville qui au départ ont détecté cela par rapport aux retards de langage. Quand on n’a que 500 mots à l’entrée au CP, le pronostic pour la suite est bouleversé. On voit des gamins qui cumulent des heures devant l’écran du fait de carence éducative dans des milieux sociaux très démunis ou au contraire dans des familles aisées où les parents sont complètement happés par leur travail et n’ont pas saisi les dangers. Un écran, c’est vite donné à un enfant, c’est puissamment attractif. Ça peut être récréatif au départ, pour des activités d’éveil ou pour calmer, et très vite ce n’est plus contrôlé.

Ou carrément pour avoir la paix, non ?

A.L.:Oui, aussi pour avoir la paix, mais beaucoup de parents pensent que leur enfant va apprendre des choses. Il y a un marché énorme des applications
d’éveil. On voit ça dans les salles d’attente, où les parents donnent très facilement leur smartphone, un peu comme un hochet. L’avis favorable de l’Académie des sciences, qui proscrivait la télé avant 3 ans mais recommandait les écrans tactiles, a brouillé tous les messages de prévention. Les parents ne voyaient pas que le message de l’Académie des sciences, c’était: «Oui, mais pas au détriment des autres apprentissages.»Donc, on voit des enfants qui passent constamment de la télé à la tablette et ne savent plus jouer avec des jeux traditionnels. Si on la leur enlève, ils font une grosse colère et les parents n’ont plus d’autre choix que de la leur rendre pour calmer la situation… Cela donne des enfants qui développent des intérêts très pauvres, un imaginaire à zéro ou très confondu avec celui des dessins animés. Pour les tout-petits, cela conduit à une surstimulation du visuel au détriment du toucher, qui est pourtant fondamental dans leur développement L’enfant est un «physicien»: il faut qu’il touche, qu’il porte, qu’il se déplace dans l’espace, qu’il coure; là, il ne fait que recevoir passivement des images. Ce qui peut entraîner des disharmonies de développement, des problèmes de communication et d’interaction sociale plus ou moins réversibles… Depuis avril, les nouveaux carnets de santé stipulent explicitement que les écrans sont nocifs pour les tout-petits et qu’il ne faut pas de télé allumée en permanence dans les parages d’un enfant en bas âge. Avant, les professionnels de PMI en visite à domicile n’osaient rien dire, sous prétexte que cela touchait à la vie privée des gens. Des enfants qui ne peuvent pas s’endormir sans tablette vont se réveiller la nuit pour la chercher. On voit de plus en plus de parents qui, au lieu de raconter une histoire ou de chanter une chanson, mettent leur enfant sur des comptines via YouTube… C’est affolant !

A part le carnet de santé, quelle prévention mettez-vous en œuvre?

A.L.:Nous relayons la campagne «4 pas pour mieux avancer». Pas d’écran du tout dans la chambre des enfants, pas d’écran  avant de dormir — leur lumière bleue inhibe la sécrétion de mélatonine, l’hormone du sommeil, donc pas du tout d’écran deux  heures avant de dormir. Il ne faut pas laisser le smartphone sous l’oreiller des ados qui envoient  des SMS jusqu’à pas d’heure, ce qui va retarder l’endormissement et peut aller jusqu’à entraîner une modification des structures cérébrales — sans parler des ondes… L’impact majeur pour les petits  est la perturbation du sommeil. Les risques sont aussi l’obésité à l’adolescence, la probabilité d’être victime ou agresseur, la perturbation  des interactions sociales, l’échec scolaire, la perturbation du cerveau socio-émotionnel. Nous recommandons également d’éviter les écrans le matin avant d’aller à l’école ainsi qu’au moment des repas pour préserver les relations familiales, et cela suppose aussi une modification du comportement parental.

Est-ce qu’une semaine sans écran suffit pour inverser ce phénomène ?

A.L. : Non, clairement pas. Pour être efficace, il faut y revenir à plusieurs reprises et que ce soit accompagné. La Semaine sans écran est votée en conseil d’école; cela exige donc une association puissante entre les parents et les enseignants. Ensuite, tout se joue à la maison.

Propos recueillis par Maïa Bouteillet